IEJ


Pour toute information,vous pouvez contacter le secrétariat : 01 53 92 23 00
Demande d'informations
Nom* :
Prénom* :
Tél* :
E-mail* :
Captcha*:
 

Retrouvez tous les
centres ECS & IEJ en
France et en Europe

Programmes > IEJ 1 Bis rentrée décalée

IEJ 1 Bis rentrée décalée

Rentrée Décalée

La création de la rentrée décalée du mois de mars correspond à une véritable attente des étudiants qui se sont trompés dans leur orientation.
Déçus par l'université ou par toute autre première expérience, l'IEJ vous propose une rentrée en cours d'année en formation accélérée. Cette rentrée vous fait gagner une année !
 

L'IEJ propose un cursus décalé intégrant le même nombre d'heures de cours, avec les mêmes programmes et les mêmes professeurs que la session traditionnelle.  Vous serez soumis aux mêmes épreuves de contrôle continu et d'examens. Vous pourrez enchaîner par un stage à partir du mois de juillet. Vous rentrerez ainsi en deuxième année dès  le mois d’octobre suivant.

Et c'est ainsi que vous aurez gagné une année très précieuse.

Témoignages de nos étudiants

 

- Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je m'appelle Sara CORREA, j'ai 22 ans. Je suis actuellement étudiante en deuxième année de journalisme, à l'IEJ. Je souhaiterais être journaliste spécialisée dans la presse féminine, mais suis également très intéressée par la radio. Je suis passionnée de mode et de cinéma.
 
- Pourquoi avoir opté pour une rentrée en mars ?
J'ai choisi de faire la rentrée en mars dernier suite à une erreur d'orientation. Je me suis inscrite à la faculté de Nanterre dans la filière cinéma, dans le but d'obtenir ma licence et d'intégrer ensuite un Master de journalisme. Pourtant, je me suis très vite aperçue que l'université ne me convenait pas. J'ai alors entrepris de recherches dans le but de trouver une école de journalisme post bac. Sur internet, j'ai constaté que l'IEJ offrait à ses étudiants la possibilité de faire une rentrée décalée en mars. Je me suis donc renseignée sur la réputation de l'école, les cours qu'elle dispensait mais aussi les professeurs qui intervenaient. Séduite par le concept "plurimédias" de  l'école, j'ai tenté ma chance, et passé le concours.
 
- Selon vous, quel est l'intérêt de ce système ? Quels sont ses points forts ?
Parvenir à assimiler une année de cours en seulement quatre mois, le pari me semblait presque perdu d'avance. Pourtant, le système de l'école est très bien fait, et nous offre une approche générale et complète du métier de journaliste. Le rythme est soutenu, certes, mais permet rapidement de faire le tri entre les élèves passionnés, et les autres. L'intérêt de ce système est donc, évidemment, de ne pas perdre une année, mais aussi et surtout de nous convaincre de notre motivation.
 
- Quels conseils donneriez-vous à un étudiant intéressé par une rentrée décalée ?
L'important pour intégrer cette rentrée décalée est d'être sûr de sa motivation : si l'on n'est pas réellement passionné par ce métier, il est presque impossible de suivre le rythme.

L'IEJ proposent un cursus décalé intégrant le même nombre d'heures de cours, avec les mêmes programmes et les mêmes professeurs que la session traditionnelle.  Vous serez soumis aux mêmes épreuves de contrôle continu et d'examens. Vous pourrez enchaîner par un stage à partir du mois de juillet. Vous rentrerez ainsi en deuxième année dès  le mois d’octobre suivant.

 

Témoignages de nos étudiants

Je suis actuellement étudiante en 2ème année de l’IEJ. J’ai eu la chance d’entrer en IEJ 1bis, c’est-à-dire que j’ai commencé ma première année en mars en formation accélérée. J’avais, auparavant, choisi de faire une licence de droit international à Nanterre mais cela ne me correspondait finalement pas. J’ai entendu parler de l’IEJ et je me suis rendue compte que cet enseignement correspondait parfaitement à ce que je voulais faire de ma vie et en plus cela me permettait de ne pas perdre une année. J’ai donc tenté ma chance et je ne regrette rien. Grâce à l’IEJ j’ai découvert le milieu du journalisme et ma première année m’a apporté les bases de mon futur métier…La télévision, la radio, la presse écrite, le droit de la presse, le journalisme anglophone...Les matières sont nombreuses et nous préparent au métier. Cette école nous permet vraiment d’aller « sur le terrain ». En plus en IEJ 1 bis nous sommes peu nombreux pour être plus efficaces et cela nous a permis d’aller faire des interviews (L’équipe de Charlie Hebdo), de faire des tournages, de découvrir le palais de justice…C’est vraiment enrichissant et on se sent déjà des graines de journalistes car l’école nous met tout de suite dans l’ambiance d’un milieu professionnel.

Quitterie DUCRET

J'étais en fac d'histoire pour ensuite tenter le concours de l'ESJ Lille, mais les conditions de travail ne me convenaient pas. Pas assez de cours, pas assez de pratique, pas assez rigueur. Il me fallait quelque chose de plus sérieux. J'ai donc découvert l’IEJ par hasard sur Internet, et j'ai vu qu'ils proposaient une entrée en mars. Une occasion à ne pas manquer. Depuis, je suis pleinement épanoui à l'IEJ. Les professeurs sont des gens du terrain, ils connaissent le métier, les obstacles auxquels on devra faire face. Il y a beaucoup de pratique, ce qui est divertissant (maniement de la caméra, exercice du flash en studio radio, etc...) sans oublier la théorie, bien entendu indispensable (institutions françaises, géopolitique, histoire et panorama des médias).

Paul SION